Microbiote Probio 15 M – 15 S

Microbiote Probio. Les propositions ci-dessous concernent une approche de suggestions pour se prémunir, sinon se protéger, de certains risques liés aux problèmes liés à la qualité du microbiote. Il est impératif de consulter un médecin avant d’entreprendre une méthode alternative, il est impératif d’analyser son mode de vie et d’étudier la justesse du comportement.

 

MICROBIOTE PROBIO 15M 15S
RÉGULATION DU TRANSIT DÉFENSES NATURELLES IMMUNITÉ
ÉQUILIBRE INTESTINAL VENTRE PLAT

Formule unique de Symbiotiques associant 15 Milliards de Bactéries, 15 Souches Probiotiques et 3 Prébiotiques par gélule.  

15 Milliards de Bactéries, 15 Souches de Bactéries par gélule
(1.5  x  10 E11  UFC / g) (Unité Formatrice de Colonie) (32 mg)
Souches : Institut Pasteur – CNCM / INRA – CIRM

FORMULE : l’unité est le Milliard  =  15 x 1 Milliard 
BIFIDOBACTERIUM ADOLESCENTIS S  5485 = 1 Md
BIFIDOBACTERIUM ANIMALIS LACTIS S 5764   = 1 Md
BIFIDOBACTERIUM BIFIDUM S480 = 1 Md
BIFIDOBACTERIUM BREVE  S 6018 = 1 Md
BIFIDOBACTERIUM INFANTIS *(ICNV – IPNV ++++)*  S 5478   = 1 Md
BIFIDOBACTERIUM LONGUM *(ICNV – IPNV ++++)*  S 6283    = 1 Md
LACTOBACILLUS CASEI  S 5773 = 1 Md
LACTOBACILLUS CRISPATUS  S 6271 = 1 Md
LACTOBACILLUS GASSERI  S 6369  = 1 Md
LACTOBACILLUS JOHNSONII  S 5467 = 1 Md
LACTOBACILLUS PLANTARUM  S 1096 = 1 Md
LACTOBACILLUS REUTERI S 5454 = 1 Md
LACTOBACILLUS RHAMNOSUS  S 5326 = 1 Md
LACTOBACILLUS SALIVARIUS S 6313 = 1 Md
LACTOCOCCUS LACTIS   S 6722 = 1 Md

SUPPORT DES PROBIOTIQUES : MALTODEXTRINE DE MAÏS  : 38 mg

3  PRÉBIOTIQUES :
FIBRE ACACIA : 150 mg
FRUCTO-OLIGO-SACCHARIDES (FOS) : 15 mg
INULINE : 15 mg   

SANS LACTOSE – SANS GLUTEN – SANS SELS – SANS ÉDULCORANT – SANS COLORANT.
Notre formule contient Lactobacillus gasseri validé pour limiter l’adiposité corporelle en réduisant les taux de leptine et d’insuline.
Notre formule ne contient pas Lactobacillus acidophilus suspecté facteur de croissance.
Le genre Lactobacillus améliore la tolérance au lactose.
*( ICNV – IPNV +++  =  Intestin – Cerveau – Nerf Vague – Intestin – Poumon – Nerf Vague = Pneumogastrique ) *
3 critères sont requis : résistance à l’acidité, résistance aux sels biliaires (oxgall), sécurité avec le statut QPS (Qualified Presumption Safety) (EFSA)  
CONSEILS D’UTILISATION : les gélules se prennent le matin, à jeun, au réveil puisque le pylore est relâché. (sphincter inférieur de l’estomac)
ADULTE :  2 gélules le matin, à jeun, en moyenne 15 jours par mois.
Si pas de bienfait notoire, poursuivre continuellement, voire 2 gélules matin et soir.
ENFANT :  1 gélule  le matin, à jeun, en moyenne 15 jours par mois.
Si pas de bienfait notoire, poursuivre continuellement, voire 1 gélule matin et soir.
NOURRISSON : 1 gélule le matin, à jeun, en moyenne 15 jours par mois. Ouvrir la gélule et mélanger le contenu dans une tétine avec un peu d’eau.  
UTILISATION  “CHOC” de notre Formule Probiotiques 15 M – 15 S  =  ”PROBIO “CHOC” :  Après avoir consulté votre Médecin pour écarter tout diagnostic nécessitant un traitement adapté, en cas de troubles intestinaux importants, d’antibiothérapie, de MICI-C, de MICI-D  Maladie Inflammatoire Chronique Intestinale avec Diarrhée ou Constipation, en cas d’épisode dépressif …  
Prendre 3 gélules matin et soir soit 90 Milliards de bactéries
pendant 10 jours.  
NOTA BENE : restaure et maintient l’équilibre de la flore vaginale chez la femme. On pourra envisager 2 gélules le matin par voie orale et 2 gélules le soir par voie vaginale. Dans le cas d’aphtes récurrents et persistants, on pourra déposer et tamponner la poudre sur les lésions.    
Notre organisme héberge un microbiote dont le poids oscille entre 1 à 2 kg, il est constitué de milliards de bactéries qui nous protègent en limitant l’expression des germes réputés pathogènes. Il assure la compétence de notre système immunitaire en favorisant la production d’anticorps. Les troubles de la digestion sont parmi les problèmes de santé les plus évoqués dans nos sociétés modernes, ils semblent devenir plus fréquents, contrairement à ce que vivaient nos aïeux. Une façon d’entretenir la santé de notre système digestif est d’être conscient de son existence. C’est un écosystème complexe, peuplé d’espèces bactériennes différentes, quasiment unique pour chaque individu et qui se maintient de façon historique et résiliente de la naissance à l’âge adulte. Il  constitue un mécanisme passif de prévention des infections et des invasions qui reconnait le monde extérieur pour décider de rejeter ou d’accepter. Son déséquilibre (dysbiose) serait à l’origine de nouvelles maladies : métaboliques, cardio vasculaires, obésité… Le nouveau-né humain, stérile à la naissance, est rapidement colonisé par un microbiote provenant principalement de sa mère et de l’environnement. Il peut exister une colonisation anarchique, aléatoire dans le cas d’une césarienne avec une répercussion pour la vie entière… L’alimentation, la prise d’antibiotiques et l’hygiène jouent des rôles importants dans les séquences de colonisation bactérienne. A deux mois, le nourrisson héberge une flore dont la complexité semble proche de celle de l’adulte mais dont les fonctions sont différentes suggérant ainsi sa lente maturation qui se complexifie de plus en plus, tout le long de l’histoire de la vie. C’est vers l’âge de 3 ans que s’installe le profil bactérien pour la vie entière, il est doté d’une résilience lui permettant de revenir à son état initial, en cas de problème aigu. Il est à noter qu’il existe des maladies inflammatoires chroniques intestinales (MICI) là où les bactéries pathogènes sont en excès et les bactéries bénéfiques sont en manque. Il existe des syndromes irritables avec diarrhée ou constipation (SII-D, SII-C) avec anxiété ou dépression.  Le microbiote résident exerce un fort antagonisme vis-à-vis des bactéries en transit avec le bol alimentaire, assurant ainsi une protection assez efficace contre les agents pathogènes (effet barrière). Cette activité est perturbée lors de traitements par des antibiotiques. Les bactéries pathogènes (pathobiote) pour notre organisme, vectrices de pathologies, sont connues. En revanche, les bactéries saprophytes sont moins connues : leur présence permet de bénéficier d’un équilibre propice à une bonne assimilation en neutralisant les bactéries fâcheuses pour nous. Certaines recherches évoquent le principe de saturation en Probiotiques (50 à 100 milliards) pour «déplacer » des pathologies lourdes. Le microbiote permet de fabriquer les vitamines B1, B2, B3, B5, B6, B12, A et K et les acides gras essentiels. Il intervient dans la digestion du lactose (sucre du lait) et des protéines. Enfin, on estime qu’il limite la porosité intestinale conduisant à des réactions auto-immunes.
Pour résumer, voici les actions possibles majeures : Exclusion compétitive des bactéries dites pathogènes par effet direct, par occupation des sites d’adhérence, par production d’activités anti microbiennes. Signalisation à l’épithélium (paroi) qui augmente la barrière du mucus et sécrétion de molécules anti microbiennes (défensines, IgA…)
La notion de Psychobiotiques apparait. En effet, certaines souches permettent de produire des substances neuro-actives (GABA, Sérotonine) qui agissent sur l’axe intestin-cerveau par l’intermédiaire du nerf vague *(ICNV – IPNV ++++)*. L’OMS précise : Les Probiotiques sont des micro-organismes vivants, définis, qui, lorsqu’ils sont ingérés en quantité suffisante, améliorent la santé de l’hôte. Ils exercent des effets positifs sur la santé au-delà des effets nutritionnels traditionnels. Le groupe de travail conjoint FAO/OMS a établi des recommandations afin de déterminer les critères minimaux à satisfaire pour obtenir le statut de Probiotiques. Pour être bénéfique pour la santé, la formule devra posséder les caractéristiques suivantes : apporter au minimum 10 Milliards par prise et une diversité de souches pour un équilibre bactérien, résister à l’acide et à la bile, adhérer aux cellules intestinales humaines, coloniser le tractus intestinal.
— Notions de Quantité et de Diversité —
GLUTAMINE

Retour vers nos autres informations
Select a language
0