Acides gras

Acides gras. Les propositions ci-dessous concernent une approche de suggestions pour se prémunir, sinon se protéger, de certains risques liés aux problèmes cellulaires. Il est impératif de consulter un médecin avant d’entreprendre une méthode alternative, il est impératif d’analyser son mode de vie et d’étudier la justesse du comportement.

Dans notre alimentation, la prise d’huiles contenant des Acide Gras Poly-Insaturés, appelons-les AGPI, est obligatoire pour satisfaire à l’équilibre de deux AGPI indispensables l’un oméga 6 ( ω6 ) Acide Linoléïque  LA et l’autre oméga 3 ( ω3 ) Acide Alpha-linolénique  ALA  selon un rapport le plus faible possible soit … 1/1, l’organisme étant incapable de les fabriquer, contrairement aux autres acides gras qui sont interchangeables. Il faut donc les chercher dans l’alimentation.

Or, l’huile alimentaire présentant le rapport le plus faible, est l’Huile de Colza avec 5/1. Ce qui permet de dire que nous sommes sur-consommateurs d’oméga 6 et sous-consommateurs d’oméga 3.

Si l’on veut se rapprocher de ce « fameux » rapport 1/1, il faut ajouter, tous les jours, de l’Huile de Lin plus concentrée en ALA, de préférence sous forme de capsules car la forme liquide reste instable dès que l’on ouvre le flacon, avec risque de formation de peroxydes dangereux.

Ce stade d’acquisition des deux AGPI indispensables, est souvent méconnu, car ceux-ci présentent des activités spécifiques, ciblées dans l’organisme. En outre, ils sont capables ou non (?) de se convertir en acides gras essentiels, puis, par cascade, en eicosanoïdes (prostaglandines), éléments qui participent à l’homéostasie de l’organisme (équilibre) et surtout à satisfaire un statut anti-inflammatoire « sourd », « bas bruit » que l’on ne perçoit pas, mais qui, en vieillissant, fait le lit de manifestations dégénératives plus ou moins marquées selon les individus.

Là encore, le rapport semble fondamental, en effet, les conversions successives sont dépendantes de systèmes enzymatiques communs.

En résumé, pour se rapprocher d’un apport nutritionnel quotidien optimal en matière de corps gras utiles pour tout l’organisme, il semble souhaitable de consommer 2 cuillères à soupe d’Huile de Colza  ω6 / ω3 et 1 cuillère à soupe d’Huile d’Olive ω9, associées à 3 à 6 capsules d’Huile de Lin, voire plus, plus 3 à 6 capsules d’Huile de Bourrache plus 3 à 6 capsules d’huile de Chair de Poisson…

Il est à noter, qu’au vu de ces considérations d’équilibre à rechercher, l’Huile d’Onagre ne présente plus d’intérêt car sa concentration en GLA est insuffisante.

De même, l’Huile de Lin en capsules sera préférée à l’Huile de Caméline car sa concentration en ALA est supérieure.

Enfin, au niveau alimentaire, la préférence ira vers la consommation d’huile de colza, de noix, de canola (variété de colza canadien) au détriment d’huile de tournesol, de maïs, trop déséquilibrées… Rappelons qu’un excès d’oméga 6 peut provoquer des effets inflammatoires du fait de la conversion suivante :

LA  →  GLA  →  DGLA  →  AA  →  PG 2    Prostaglandine pro-inflammatoire.

Prédisposition à des maladies type arthrite,asthme, atteintes cardio-vasculaire, thrombose… 

Alors qu’à l’équilibre avec la série oméga 3 la conversion est la suivante :

LA  →  GLA  →  DGLA  →  PG 1                 Prostaglandine anti-inflammatoire.

La Chair de Poisson des Mers Froides (Anchois, Maquereau, Sardine) (zone pélagique Pacifique Sud) contient des Acides Gras Poly-Insaturés (AGPI) série oméga 3 essentiels :

EPA  : Acide EicosaPentAénoïque

DHA : Acide DocosaHexAénoïque)

Ils jouent un rôle important au niveau des membranes cellulaires et, dans la cellule, ils sont précurseurs des eicosanoïdes bénéfiques « anti-inflammatoires » (rétro-contrôle de la cascade arachidonique) Ils baissent le taux de triglycérides et relèvent le taux de « bon cholestérol » (HDL), ils protègent les artères et le cœur, ils sont nécessaires à la bonne activité du cerveau, et ils préviennent le syndrôme sec.

A contrario, leur absence provoque des altérations au niveau du cerveau, prédisposant à une vulnérabilité dans le maintien des processus cognitifs. Le DHA présente un intérêt primordial pour le cerveau et l’œil. Il y aurait une corrélation entre taux élevé d’oméga 3 et longueur des télomères et activité de la télomérase.

Rappelons la conversion des acides gras série oméga 3

ALA  →  EPA  →  DHA  →  PG 3   Prostaglandine anti-inflammatoire.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Consultez-nos-produits-1.jpg.
HUILE DE BOURRACHE
HUILE DE POISSON
HUILE DE LIN

Retour vers nos autres informations
Select a language
0