Produits Mirobolants

Produits mirobolants. Les informations présentées concernent une approche de suggestions pour se prémunir, sinon se protéger, de certains risques liés aux problèmes de santé. Il est impératif de consulter un médecin avant d’entreprendre une méthode alternative, il est impératif d’analyser son mode de vie et d’étudier la justesse du comportement.

Les jus de fruits comme l’Açaï du Brésil, le Goji du Tibet, la Grenade de Méditerranée, le Mangoustan d’Asie du sud-est, le Noni de Polynésie, le Maquis de Patagonie, etc… font partie de tous ces produits exotiques, attractifs, certainement très intéressants au niveau alimentaire, comme nos fruits et légumes locaux, mais certainement pas dotés de mille vertus comme les publicités semblent le prétendre.

Ces jus se retrouvent souvent en compétition pour leur “pouvoir” anti oxydant. Paradoxalement, c’est le jus de Cerise Aigre de Montmorency qui aurait l’indice ORAC (Oxygen Radical Absorbance Capacity)(Capacité d’Absorption des Radicaux Oxygène) le plus élevé, 33 fois plus élevé que le jus de Goji. Pour ceux que le comparatif intéresse… Indice 12 800 pour la Cerise, 380 pour le Goji.

Leur présentation mirobolante, au sens figuré, permet aux marchands peu scrupuleux d’exercer une séduction voire une soumission vis-à vis d’une population crédule. A ce jour, aucune validation scientifique n’a été apportée quant aux allégations santé supposées de ces produits.

Définition : Pour la Pharmacopée, une drogue mirobolante, au sens propre,(du grec « muron » : parfum et de « balanos » : gland ) est un fruit exotique séché utilisé en Pharmacie comme remède “étonnant”.

Un arbre porte le nom de Prunier myrobolan (Prunus cerasifera). Il est l’un des premiers en fleurs au printemps. Son fruit séché a donné le nom Mirabella puis Mirabelle.(aussi, influence de mirer, se refléter)

En conclusion, à défaut de trouver des principes actifs extraordinaires, ce qui serait déjà fait, il s’agit d’une transposition alimentaire correspondant à des produits inconnus chez nous. L’attrape-nigaud n’est pas loin, surtout si l’on considère le prix rapporté au kilogramme ou au litre.

La réciproque est vraie aussi : Proposons un jus de fruit classique de nos contrées, par exemple, un jus de Myrtille ou un jus de Cerise Aigre de Montmorency à un Tibétain, en lui faisant miroiter des vertus mirobolantes, quelle serait sa conclusion ?

Le Tibétain connaît-il le Chou Romanesco ou le Chou de Bruxelles Connaît-il le Chou Chinois ? Le Chinois connait bien le Chou En Laï. (Zhou En Laï)

Faut-il  élargir cette considération au Silicium organique buvable, au Gel d’Aloé Vera buvable, aux divers jus de Blé, d’Herbe, d’Orge, souvent qualifiés de ” Green ” ? Le qualificatif  “Gold “ne serait-il pas plus adapté ?  Quid des soi-disant Super-Légumes, Super-Fruits, Super-Cherries… Supercheries ?

Retour vers nos autres informations
Select a language
0